Le poids idéal selon l’Ayurvéda : Métabolisme et faim

Comment le métabolisme est- il influencé ?

Pour rappel, l’Ayurvéda se base sur le principe que l’homme est constitué à l’image de l’Univers par les mêmes éléments et les mêmes forces. Ainsi l’Ayurveda prend en compte la globalité de l’être dans son environnement.

Le métabolisme est l’ensemble des transformations chimiques et biologiques qui s’ accomplissent au sein de la cellule ou de l’organisme. Et selon l’Ayurvéda, les émotions, les désirs, les sentiments, et les pensées influencent constamment notre métabolisme. Pour exemple, une émotion peut soit accélérer le métabolisme soit le ralentir, ou encore être à l’origine d’une sécrétion excessive d’acide dans l’estomac.

Mais il est possible de diriger ses émotions en ayant une vision intérieure, en étant à l’écoute des messages qu’émet notre corps par des signaux intérieurs, que nous connaissons tous : une sensation de confort ou de malaise. Se concentrer, ressentir et comprendre cette intelligence intérieure qui nous habite est fondamental.

Ne serait-ce qu’en se posant certaines questions concernant notre rapport à la nourriture. S’observer aborder un repas …. ai-je vraiment faim ? dans quel état d’ esprit je me trouve ? Est-ce que je déguste en conscience ? Qu’en est-il de la qualité ou de la quantité des aliments ? Est-ce que je pense à respirer ? Quel est le contexte, l’ambiance ? Est-ce que je m’accorde un temps de digestion ?

L’Ayurvéda préconise de se familiariser avec certains principes, notamment celui de manger lorsque l’on a faim sinon s’ abstenir. Quand on ne le fait pas, c’est que l’on mange sans avoir faim mais par rapport à une influence de l’environnement extérieur. Ce peut être pour suivre les autres, par habitude, pour se remplir, pour combler la solitude etc…..

Comment savoir si l’ on a vraiment faim ?

La sensation de faim répond à un signal émit par le corps « intelligent » qui signifie que le métabolisme à terminer sa digestion et qu’il est prêt à recevoir de la nourriture. Il faut comprendre que donner de la nourriture au corps quand le métabolisme n’est pas prêt est un problème car l’estomac a besoin de place pour digérer correctement (et ne pas être rempli au delà des 3/4 de sa capacité). Sans cela, lourdeur, ballonnement, gaz, malaise se feront rapidement ressentir.

Comme pour toutes choses, le mieux est d’ en faire l’expérience en vous entraînant à déterminer les moments qui correspondent à :

  • la fin de digestion ; l’estomac semble vide, la sensation de faim arrive
  • pendant ou après le repas ; sentir la présence des aliments sans la sensation de faim
  • se sentir bien ; arrêter de manger
  • le trop plein ; sensation d’inconfort, envie de dormir
  • l’impossibilité d’avaler autre chose ; sensation nauséeuse, dépassement des limites, à proscrire !
  • l’estomac vide ; sensation de mourir de faim, niveau néfaste, à proscrire !

Être à l’écoute de son corps et des signaux qu’il nous envoie est la solution pour atteindre son propre poids idéal. Celui qui ne regarde que vous, en aucune façon influencé par un contexte extérieur.

(d’après un ouvrage de Deepak Chopra)