Chaque année, du nord au sud de l’Inde, les hindous célèbrent la fin de l’hiver et le début du printemps lors de la pleine lune de Phâlguna (entre février et mars). Cette année le 28 et 29 mars.

Cette fête religieuse hindoue, comme souvent, célèbre la victoire du bien sur le mal en faisant référence à la mythologie hindoue.

La légende raconte que le roi Hiranyakashipu qui était un tyran et exigeait que tout le monde se prosterne devant lui, s’avéra jaloux de son fils Prahlad lorsque celui-ci lui préféra le dieu Vishnu. Décidant de le tuer, il demanda à sa soeur Holika, maîtresse du feu de convaincre le jeune prince de s’allonger auprès d’elle sur le brasier. Prahlad sorti vainqueur de cette épreuve !

Ainsi pour la fête Holi les indiens préparent de grands feux de joie et des contenants remplis d’ eau colorée par des pigments. Tout le monde s’aspergent de ces eaux en s’écriant « Bura Na Mano, Holi Hai !»(Ne soyez pas fâché, c’est la Holi !).

Ce grand nettoyage de printemps, célèbre la renaissance de la nature. Les couleurs sont à l’honneur avec chacune une signification précise :

  • le vert pour l’harmonie,
  • le orange pour l’ optimisme,
  • le bleu pour la vitalité,
  • le rouge pour la joie et l’amour.

C’est aussi un moment où on se pardonne et où on manifeste son amour. Échanger des vœux et des cadeaux autour de mets savoureux préparés spécialement se pratique entre tous, sans frontières, ni barrières sociales.